Infos Covid 19 : nous fonctionnons normalement et continuons d'assurer les expéditions. Prenez-soin de vous !

Au travers des échanges que nous avons avec nos clients, ou plutôt avec les personnes qui se renseignent avant un achat, on sent parfois une appréhension à l’idée de poser son bébé sur une table à langer fixée au mur ?

"Est-ce que c’est sûr ? Est-ce que le truc ne va pas se décrocher et mon bébé avec ?"

C’est bien entendu un point important et il y a quelques précautions à prendre. Nous vous l’expliquons justement dans cette fiche. Mais, franchement il n’y a pas un petit côté "psychologique" dans cette appréhension ?

C’est comment dans votre cuisine ?

Pensez un instant au nombre de cuisines en France et dans le monde où sont fixés aux murs des placards de rangement. Et que met-on en général dans ces placards ? De la vaisselle, des boites de conserve, des bouteilles… Toutes sortes de choses qui pèsent bien plus lourd que le bébé que vous mettrez sur votre table à langer. Et ça tient très bien !!

"Ok, mais mon bébé est beaucoup plus important que de la vaisselle ou des boites de conserve !"

C’est vrai ! Alors voici 3 conseils pour profiter sereinement de votre table à langer murale.

Trois conseils

Des chevilles adaptées

Le premier conseil est bien entendu d’utiliser impérativement des chevilles adaptées à la nature du mur porteur. Matériau plein, béton cellulaire, cloison creuse, etc. à chaque matériau correspondent des chevilles adaptées.

Dans un matériau plein comme du béton, des chevilles standard en nylon de type Fisher conviennent parfaitement.

Par contre ces chevilles sont absolument à proscrire dans des cloisons creuses de type Placoplatre. Dans ce cas, il faut utiliser des chevilles à expansion métallique de type Molly (voir notre fiche conseil : Fixation dans une cloison creuse).

Selon la documentation technique Molly (http://www.molly-fixations.com/produit/cheville-metallique-a-expansion-avec-vis-metrique-a-tete-cylindrique/), une cheville de type M5x50 (diamètre de vis 5 mm, longueur 50 mm, diamètre cheville 11 mm) peut reprendre une charge indicative de 40 kg. Sachant que les tables à langer murales ont au minimum 3 points de fixation, ça fait une charge admissible indicative d’au moins 120 kg !

Donc même dans du "placo", la charge admissible sera toujours très au-delà du poids à supporter !

"Ok mais on n’est pas à l’abri d’un défaut. Par exemple une cheville défectueuse, une vis qui casse…"

Un test simple avant de mettre en service

Pour détecter un éventuel défaut après avoir fixé la table à langer au mur, voici un test simple avant de commencer à l’utiliser :

Ouvrez le plan à langer, posez au milieu un pèse-personne et appuyez doucement jusqu’à ce qu’il affiche 25 à 30 kg. Sachant que le bébé que vous poserez dessus pèsera au maximum 15 kg (ça correspond à peu près à 3 ans, c’est-à-dire l’âge de la propreté), ça fait une bonne marge de sécurité !

Si vous n’avez pas de pèse-personne, utilisez des packs de lait, d’eau minérale, de bière… ce que vous avez sous la main pour faire un test en charge !

En procédant comme cela, vous n’aurez plus d’inquiétude sur la sécurité de votre installation.

Ne pas se suspendre

Bien entendu, une table à langer murale est conçue pour changer un nourrisson. Pas pour jouer à Tarzan ! Donc si en plus du nourrisson vous avez un petit diable de 3 ou 4 ans (par exemple) auquel il viendrait à l’idée de se suspendre au plan à langer, dites-lui gentiment que ce n’est pas fait pour.

En fait le plus simple est de refermer la table à langer après chaque utilisation.

Et la résistance du meuble lui-même ?

Toutes les tables à langer (qu’elles soient murales ou traditionnelles) vendues en Europe doivent être conformes à la norme EN 12221. Et pour être certifiée, une table à langer doit passer des tests. Notamment un test en charge à 50 kg.

C’est-à-dire que l’on place une charge de 50 kg sur le plan à langer pendant une heure. Le meuble ne doit montrer aucun signe de faiblesse (pour les détails, voir notre fiche conseil : La norme EN 12221 sur les tables à langer). Donc là encore, il y a une grosse marge de sécurité par rapport au poids d’un bébé.

Et à part la résistance "mécanique" du meuble, on peut aussi évoquer les hauts rebords de part et d’autre du plan à langer qui limitent considérablement le risque de chute du bébé. Ces rebords sont caractéristiques des table à langer murales (les tables à langer traditionnelles ont rarement des rebords aussi hauts). Si bien que la sécurité et un des 3 avantages majeurs des tables à langer murales (voir notre fiche : "Pourquoi choisir une table à langer murale ?").

En conclusion

Avec une fixation murale adaptée, une table à langer conforme à la norme, un test en charge pour se rassurer et une utilisation normale de la table à langer, vous pourrez utiliser votre table à langer murale en toute sérénité.